De la responsabilité de choisir ses pensées…

Pourquoi est-il si difficile de choisir ses propres pensées ? Qu’est ce qui fait que l’on ressasse, que l’on juge, que l’on critique, que l’on se laisse envahir par les manques, les frustrations, alors qu’il est tellement plus agréable de penser à des choses agréables ?

 

D’où vient cette habitude de s’empoisonner l’esprit avec des pensées négatives, pessimistes, malveillantes ou irrespectueuses ?

Si il y a bien une chose que l’on peut décider, contrôler, choisir, ce sont nos pensées ! Parce que même si il existait une loi qui nous forçait à tourner en boucle dans nos esprits des pensées négatives, et que nous ne respections pas cette loi, qui pourrait nous verbaliser?

Une pensée, ça ne se voit pas. Une pensée, ça n’a pas de forme, pas de matière. Rien ni personne ne peut forcer quelqu’un à « mal » penser… Alors pourquoi est-ce que l’on ne se débarrasse pas de ces pensées dérangeantes ?

 

Il n’y a pas de réponse unique ou de raison objective et partagée par tous qui puisse répondre à cette question. Mais dans les grandes lignes, il y a quelques paramètres assez communément partagés. L'un d'eux est que la position de victime offre beaucoup de confort. Penser du mal des gens, c’est se rassurer et se dire que eux, ils sont moches et nous, on est bien! Rejeter tout sur le dos des autres et en profiter pour ressasser ses griefs, c’est éviter de se regarder soi même et fuir sa propre responsabilité. C'est finalement se décharger sur les autres de ce qui nous appartient...

 

Par exemple, il est fréquent d’entendre, à propos d’un patron, ou d’un collègue, ou d’un conjoint, ou d’une relation : « Cette personne a gâché ma vie ». Hum hum… Alors donc, le collègue en question, ou la relation incriminée serait responsable de votre propre vie ? Est-ce à dire que votre vie est dans les mains de quelqu’un d’autre que vous ? De quelle manière est-il possible de confier sa vie à quelqu’un d’autre ? Quelqu’un que vous n’appréciez pas, de surcroît ! En tout cas, le moins que l’on puisse dire est qu’en disant d’une personne qu’elle a pu gâcher une vie, on lui confère un pouvoir immense.

 

En réalité, personne n’a un tel pouvoir. Mais il est plus rassurant d’être la victime, de juger l’autre comme coupable et de tout lui mettre sur le dos, plutôt que regarder en face ses propres responsabilités. (Bien entendu, je ne parle pas ici de situations qui nécessitent l’intervention de la police et de la justice.)

Alors donc, au lieu d’avoir des pensées constructives, au lieu d’aller de l’avant, de progresser et de chercher comment avancer, on ancre dans son esprit des pensées de vengeance, de haine, d’acrimonie…

 

Une autre raison peut être liée à l’habitude. L’esprit a l’habitude de penser ceci, ou cela de négatif et lui demander de faire volte face, c’est lui imposer un effort qu’il n’a pas immédiatement les moyens de faire. De plus, les pensées nous viennent comme d'une manière aussi automatique que les battements du cœur, ou les mouvements des cils. On n’y pense pas, c’est l’inconscient qui s’en charge pour nous. Et l’inconscient a pour mission de faire au mieux. Ainsi, il accélère le rythme cardiaque ou la production d’adrénaline quand cela lui semble nécessaire et nous envoie les pensées qui lui semblent le plus appropriées.

Y compris les négatives si il considère que ces pensées négatives nous protègent. C’est automatique, habituel… Mais on peut agir pour changer ça.

 

Soit en activant les leviers de la volonté consciente, ça prend un peu de temps, soit en s’adressant directement à l’inconscient grâce à l’hypnose, ça va plus vite.

 

Alors pour l’hypnose, si on ne pratique pas l’autohypnose, on consulte un hypnothérapeute.

Pour activer les leviers de la volonté consciente, il y a par exemple un petit exercice hyper facile à faire et assez puissant si on prend la peine de persévérer.

 

Envie de le connaître ? Voilà : Partez du principe que toutes vos pensées sont visibles, que tout le monde peut alors savoir ce qui vous passe par la tête. Si vous êtes plutôt auditif, imaginez que tout le monde puisse entendre ce que vous pensez. Si vous êtes plutôt visuel, imaginez que tout le monde puisse voir ce que vous pensez, y compris vous même. Jouez le jeu à fond, imaginez vraiment que c'est réel, que vos pensées sont mises à jour.

Pratiquez cet exercice au moins une fois par jour pendant 5 minutes, puis plus longtemps et de plus en plus souvent.

Dans un premier temps, vous ferez attention parce que vous aurez peur de la réaction des autres si ils voyaient ou entendaient vos pensées, ou bien vous aurez un peu honte, alors vous apprendrez à pivoter immédiatement du négatif vers le positif.

Et puis petit à petit, vous réaliserez à quel point il est confortable de penser à des choses agréables, positives et plus vous pratiquerez, plus de nouveaux sillons vont se créer dans vos circuits neuronaux.

Les pensées emprunteront de plus en plus ces nouveaux circuits et délaisseront les autres chemins parce que votre esprit inconscient et votre esprit conscient auront de plus en plus de bénéfices. Et ces bénéfices seront objectivables dans votre quotidien, c’est à dire que vous en percevrez clairement les effets. Et plus ça continuera et plus vous deviendrez addict de la sérénité intérieure, comme libérés. Enfin libérés… Et grâce, et uniquement grâce à vous même. Maître de votre propre vie parce que vous saurez faire ce choix si simple de penser ce que vous avez envie de penser pour vous sentir bien.

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1

Consultations:

12 rue de la Barre

Lyon 2e

 

Rendez-vous:

06 88 33 33 63

catherine.bethenod@gmail.com